Press tour américain chez EA-Mythic. Empire et Chaos à l'honneur.

Comme vous le savez, j'ai eu l'honneur de représenter JoL au press tour organisé par Goa, chez EA-Mythic aux états-unis.
Voici mon compte rendu de la présentation de WAR et des premiers accès au public des factions empire et chaos. Deux scenarios RvR nous ont également été proposés. J'ai rassemblé toutes les informations qu'il m'a été possible de récolter et je vous les transmets dans cet article.

J'espère que vous l'apprecierez. 

C’est le jeudi 25 janvier à quatorze heure, après avoir passé la matinée à assister aux présentations respectives d’UO Kingdom Reborn et DAoC Labyrinth of the Minotaur, que nous pénétrons fébrilement dans la salle de conférence pour assister à la toute dernière présentation de Age of Reckoning.

Pour l’occasion, Goa et EA-Mythic ont rassemblé pas moins de quarante machines dans la salle de conférence de l’hôtel afin de nous permettre à tous de tester simultanément les nouveautés. Mais l’heure de jouer n’est pas encore venue. La présentation est assurée par Jeff Hickman (senior producer) et l’inénarrable Paul « Custard » Barnett (lead designer) et se déroule sur deux écrans géants via des pc connectés aux vidéos projecteurs. Et oui, les moyens ont été déployés et les partenaires que sont EA-Mythic et GOA voient grand pour WAR, et vous pouvez me croire, ils ont toutes les raisons d’être confiants.

Press tour américain chez EA-Mythic. Empire et Chaos à l'honneur.

Les projecteurs s’allument et Jeff nous souhaite à tous la bienvenue en paradant innocemment devant une scène représentant de toute évidence un village impérial dans les rues duquel se promènent quelques passants. C’est à ce moment que les connaisseurs ont reçu leur première gifle de l’après midi, j’insiste sur la primauté de la gifle car nous sommes tous ressortis les joues bien rougies au bout de quatre heures et demi de Warhammer. Le changement de style avec ce que nous connaissons des peaux vertes et des nains est radical ! Il n’est plus question de

20070127architectureempire.jpg
parler d’aspect cartoon ou de tons pastel. L’animation est impeccable, les graphismes fins et détaillés, visiblement le moteur a été amélioré dernièrement.

On nous annonce le programme. Nous allons assister à la présentation de l’Empire et du chaos. Pas de nains ou de peaux vertes, rien que du neuf, classes, background etc … Après chaque présentation nous aurons la chance de tester les premiers instants de jeu des impériaux et des chaotiques par le biais de nos avatars niveau un. Pour l’occasion, il s’agira d’un mage flamboyant et d’un mage du chaos que nous aurons l’occasion de jouer pratiquement une heure chacun. Nous passerons ensuite au cœur du jeu : le RvR. Nous aurons droit à la présentation du système incluant quelques détails croustillants puis nous pourrons nous affronter dans deux scénarios avec des personnages nains et peaux vertes de niveau quarante totalement équipés. Les scénarios seront « les portes d’Ekrund » et « le temple de Mourkain ».

20070127sorcierflamboyant2.jpg
Après une description globale du jeu par Jeff que j’épargnerais aux connaisseurs que vous êtes (sachez tout de même qu’ils sont cent cinquante à travailler sur WAR), Paul Barnett entre en scène pour nous présenter les classes de l’Empire. Et là, le « Barnett effect » est immédiat, c’est un show époustouflant qui démarre. Paul crie, hurle, gesticule, s’enflamme sur le chapeau du repurgateur (c’est vrai qu’il est assez classieux son chapeau), tombe en admiration devant l’armure du chevalier du soleil et nous expose avec une ardeur tout sauf britannique le côté pyromane du mage flamboyant. L’assemblée s’esclaffe à chacune de ses blagues et à toutes ses mises en scène, cet homme est un véritable miracle pour le département communication d’EA-Mythic. Il explique bien que l’Empire se dresse comme l’ultime rempart contre le chaos et que l’ambiance qui y règne est celle de fin du monde. Les humains livrent un combat désespéré pour retarder l’extinction, certains dirons que c’est dans ces moments et seulement dans ceux-là que les hommes montrent la noblesse dont ils sont capables, et bien vous aurez l’occasion de le prouver !

Avant de passer à l’histoire de mon jeune mage impérial parlons un peu des quelques détails supplémentaires qui nous furent révélés à propos de l’Empire. Le repurgateur est une classe de dps au corps à corps, il utilise des armes de tir mais son potentiel est en mêlée. Le prêtre guerrier de Sigmar est le healer de la bande mais il assène tout de même de grands coups de masse en mêlée, ce faisant, il accumule de la « foi » (faith) qu’il peut utiliser pour soigner ou buffer ses camarades. Conformément à ce que nous savons déjà, le chevalier assume le rôle de tank et le mage flamboyant celui, je cite, d’arme thermonucléaire.

Parlons un peu des machines. Bonne nouvelle, elles n’avaient rien de machines de course ! Il y’avait deux types de config, des portables équipés de processeurs core duo T2400 de 2Go de RAM et de chipset graphiques X1600 et des tours classiques animées par des P4D 3.6Ghz , 2Go de RAM et des X1950GT. Rien de bien effrayant pour nos futures configs de fin d’année. Evidemment, les effets ne sont pas tous là et les options probablement réglées au plus faible mais le jeu tournait plus qu’honnêtement.

Arrive enfin le moment de nous essayer au jeu, et avec les débuts de l’empire, c’est une exclusivité mondiale qui nous attend !

20070127sorcierflamboyant1.jpg

Une fois les log entrés ce n’est pas moins de quarante mages flamboyants niveau un qui se ruent sur le premier donneur de quête : Un chevalier impérial se plaisant a faire reposer sur son épaule une gigantesque flamberge.

Premier constat, c’est magnifique ! L’ambiance change radicalement des décors nains et peaux vertes que d’aucun ont souvent qualifié de cartoon ou de pastel. Rien ici ne tend vers le cartoon. L’animation est soignée, ça bouge bien, mieux, avec quarante furieux bondissant dans dix mètres carrés ça ne rame pas ! Ce qui n’est pas le cas de l’interface (provisoire), en effet, changer une pièce d’équipement prend un certain temps. Le donneur de quête se signale très clairement par un parchemin au dessus de sa tête. Lorsqu’on lui parle une fenêtre nous explique les tenants et les aboutissants de la quête et nous indique les récompenses possibles. Ces récompenses sont visiblement adaptées à la classe, il s’agissait ici de pièces en tissu. Une fois la quête acceptée, un indicateur vient se loger sur la droite de l’écran et nous indique notre avancement, passer la souris dessus fait apparaître une description résumée. Si on clique dessus, le tome de connaissance s’ouvre à la page de la quête nous donnant accès à la totalité des informations.

Très bien, première étape, tuer des norses… des norses !!?? Mais ce sont nos ennemis ! Des suppôts du chaos ! Et en effet à peine quelques mètres plus loin nous prenons conscience de la situation, notre petit village, Grimmenhagen, est assiégé ! Les canons apocalypses tonnent un peu en contrebas et nous bombardent. Fort heureusement nos propres canons les surplombent et ripostent régulièrement. Bon, puisqu’il faut y aller, « - Pour l’Empire !! ».

Je descends le long du chemin et je repère les norses en question, ils sont affairés à alimenter les canons apocalypses et sont surveillés par un homme de grande taille et puissamment armé.
J’engage un adversaire, et lui expédie une boule de feu de mon cru. Brûlé à mort, l’infâme norse se jette sur moi pendant que j’enchaîne avec une seconde incantation…

Parlons un peu technique, premièrement les sortilèges portent très loin. Une barre d’incantation apparaît lorsqu’on déclenche la compétence. Il n’y a pas d’interruption lorsqu’on est frappé au corps à corps, pour le moment en tout cas. Par contre, impossible de faire le moindre mouvement pendant l’incantation sous peine d’annuler le sort.

20070127sorcierflamboyant4.jpg
Les objets sont littéralement bourrés de stats, intelligence, force mentale, endurance, résistances en tous genres … Tout y passe. J’ai constaté que les objets sont ordonnés par couleur selon leur ordre de puissance. Blancs pour les objets de base, verts pour les plus avancés et bleus pour les « elites ». L’avancement des techniques (sorts, tactiques, moral, action) est indépendant du niveau, les barres se remplissent avec l’expérience et vous pourrez acheter de nouvelles capacités ou améliorer les vôtres plusieurs fois pendant le même niveau, du moins tant que tout cela reste de bas niveau. Lorsqu’une amélioration est disponible, un petit signe "plus" vient clignoter en haut à gauche de votre écran, avec tout ce qui vient s’inscrire dans vote tome d’ailleurs. En cliquant sur ces indications vous ouvrez directement le tome à la bonne page et les informations disparaissent de l’écran. Les niveaux de sorts s’échelonnent de un à dix et des choix sont à faire. Lorsque vous avez accumulé l’expérience suffisante, vous pouvez soit améliorer vos talents existants soit en choisir de nouveaux. Le concept est le même pour les tactiques. Je vous rappelle que les tactiques prennent un certain nombre de slots et améliorent de façon passive vos capacités. Il s’agit d’un élément crucial du jeu. Mettons, « volatile flame » occupe quatre slots et à mon niveau je n’en ai que six. Mon autre tactique est « playing with fire » (un slot). Il me reste donc un slot libre. J’ai le choix entre acheter une nouvelle tactique à un slot ou améliorer « volatile flame » pour qu’elle n’occupe plus que trois slots et ainsi ajouter une autre tactique à ma combinaison. Toutes nos capacités ( Actions, Moral, Tactique, Compétences) évoluent avec l’expérience. Chacune avec sa barre segmentée en dix niveaux.

Pas de mana ici, une barre jaune indique vos points d’actions et tous vos actes (sprint compris) viennent consommer ces points. La barre se remplit très régulièrement et extrêmement vite lorsqu’on est hors combat.

L’argent est séparé en or/argent/cuivre. Il n’y a qu’un seul slot pour les anneaux et un slot pour la bannière. Le reste de l’inventaire est assez classique et vous l’avez déjà vu de toute façon. Lorque le personnage chute il donne toujours cette désagréable impression de flotter légerement. Mais retournons voir ce qu’il advient de mon mage :

Mes trois norses carbonisés, j’ai gagné en assurance (et j’ai un nouveau sort !). Avant de retourner voir le chevalier pour réclamer ma récompense je me sens d’attaque pour réduire leur chef en cendre. Je passe à l’action, ma stratégie, le clouer au sol dés le départ et déchaîner toute ma puissance ensuite. C’est parti, j’incante le sort qui devra le maintenir immobile et … C’est un échec… Le colosse se rue sur moi ! Je lui envoie tout ce que je peux sans lui causer grand mal et il me coupe presque en deux quand il arrive sur moi. Je prends mes jambes à mon cou mais le vil ne lache pas prise. Je tente une manœuvre, saut, demi tour aérien et j’incante mon plus puissant sortilège pour enchaîner avec des coups de bâton. Quelques secondes plus tard il m’achève et j’expire une dernière fois (rhoo too bad !).

Une petite fenêtre vous annonce que vous êtes mort et qu’il n’y a pas de honte à avoir, ça arrive souvent par les temps qui courent. Un compte à rebours d’une minute vous annonce votre résurrection prochaine. Si vous cliquez sur le bouton, le compte à rebours passe directement à cinq secondes et vous vous retrouvez dans le royaume des vivants en grande forme. Je n’ai noté aucune pénalité.
Voila que je me réveille en excellente compagnie, pile en face du donneur de quête ! Je vais donc lui conter mes exploits et lui annoncer que ma mission est accomplie. Il me félicite et m’accorde ma récompense (des bottes en l’occurrence). Ayant remporté de nombreuses victoires et ayant même échappé au royaume de Morr je me sens en pleine confiance (lvl up !).
Voila qu’il me donne une autre tâche, aller déclencher le tir de nos canons plus haut sur la colline. J’y cours. Arrivé devant les pièces d’artilleries, forgées à Nuln comme il se doit, je m’entretiens brièvement avec le sergent qui m’autorise à effectuer mon tir, je vais m’en vanter auprès du chevalier. Plus tard ( lvl 5) on me confie la tâche jubilatoire d’aller abattre le chef des norses, l’histoire ne se répète pas et je le carbonise facilement.

Jeff Hickman nous annonce que nous allons passer à la quête publique. Nous nous rendons tous au point de rendez-vous. Une fois dans la bonne zone un message nous informe que nous venons de commencer la quête publique « recrutez une armée ». Laissez-moi-vous en apprendre plus sur le génial concept de quêtes publiques. Comme vous le savez ces quêtes s’activent toutes seules quand vous entrez dans la bonne zone (zone assez petite d’ailleurs) et impliquent tous les joueurs qui s’y trouvent.
Première nouvelle, ces quêtes peuvent être répétées. Et c’est heureux puisqu’elles permettent de faire monter notre « influence » dans cette zone de quête ! Il y a trois niveaux d’influence avec une récompense pour chaque niveau cela va du lot de consommables à l’objet « élite » en passant pas une récompense dite « avancée ».

Les quêtes publiques se déroulent par étapes. Les nôtres étaient simplistes et se limitaient à trois étapes rapides mais certaines quêtes en comptent jusqu'à six. Périodiquement, l’avancement de la quête vous est indiqué en haut à droite de l’écran. Une barre verte se remplit et les trois étapes sont très distinctement indiquées. A chaque changement d’étape on vous indique ce qu’on attend de vous. Plus vous participez à l’effort collectif plus votre influence augmentera dans la région. Certaines quêtes publiques peuvent également être antagonistes. C’est à dire que vous affronterez les joueurs adverses, soit directement soit via des objectifs eux aussi antagonistes. Un clic sur la barre d’avancement vous amène, comme toujours, dans votre tome de connaissance, véritable encyclopédie personnelle, et vous indique à quel niveau d’influence vous en êtes par rapport aux récompenses. Pour des raisons de commodités, l’étape un des quêtes publiques est toujours illimitée dans le temps. Vous pourrez, avec beaucoup de patience, en venir à bout tout seul. Les étapes suivantes ont une limite de temps au delà de laquelle on repasse en étape un afin qu’on ne puisse pas bloquer une quête à une étape avancée. Mais revivons plutôt cette quête avec les yeux de Sigmund le mage.

20070127sorcierflamboyant3.jpg

Nous voila tous rassemblés, quarante mages flamboyants ayant fait leurs preuves.
On nous demande dans un premier temps de parler aux paysans terrorisés afin de les rallier à notre cause. Les pauvres gens sont pris à parti par les norse qui prennent plaisir à les faire trembler. Nous entreprenons donc d’aller rassurer les fermiers. Une fois le nombre requis atteint (passage à l’étape deux) on nous demande de tuer les norses, pensez bien que nous nous sommes exécutés avec joie. Il était très amusant de voir les projectiles magiques fuser de toute part et bien difficile de conserver une cible pour soit. (Passage en étape trois) Au bout d’un moment, c’est un géant du chaos qui fît son apparition ! L’être est colossal ! Il s’est rué sur nous. Heureusement, nous étions nombreux et nous avons instinctivement concentré nos tirs sur la chose qui a succombé en quelques secondes avant de s’abattre lourdement … sur moi ! Une fois dégagé du cadavre nous avons tous célébré cette glorieuse victoire comme il se doit ! C’est ainsi que se termine la petite histoire de Sigmund, le mage flamboyant qui a sauvé son village des forces du chaos. Gageons que de nombreuses aventures l’attendent dans le vaste monde, plus tard … plus tard dans l’année. « You’ve been disconnected ».

Je puis vous assurer que la salle était unanime. Nous avons adoré cette expérience d’une petite heure, le point culminant fût la quête publique et l’apparition du géant. Vraiment impressionnant. Ca ne se ressent peut être pas très bien dans le texte mais ces quêtes publiques sont vraiment très prenantes et amusantes en plus d’être utiles grâce aux récompenses. Paul ne manquait pas de commenter les étapes de la quête avec la verve qu’on lui connaît pour se mettre tout simplement à hurler « OMG !! Kill him !! Kill him now ! » au pop du géant. Voila, c’était le tout premier accès de la faction Empire au public et Jol y était.

Mais ce n’est pas fini, place à la destruction, place au chaos !

20070127campementchaos.jpg

Jeff reprend la parole pour nous présenter la deuxième race phare de la journée, le chaos. Un panorama s'affiche derrière lui, il s'agit d'un village visiblement loin au nord. Le ciel est entièrement occupé par un vortex béant et Paul de s'exclamer: «Haaaa ! Look ! A portal !! We're doomed !! ». Les arbres sont corrompus, moitié végétaux moitié fait de chair... Ambiance lugubre, bienvenue chez les hommes du nord, chez le chaos !
Panorama suivant, encore une gifle. Un portail, au sein duquel errent des visages tourmentés, se dresse en arrière plan, des rochers sont en lévitation la haut, loin dans les airs, de petits démons sont visibles ici et là. Sur le sol du camp, un immense symbole de de Tzeentch, le dieu oiseau, brille d'une lueur malsaine.
Paul nous explique un peu ce qu'est le chaos dans le monde de Warhammer. Il nous gratifie ensuite d'une métaphore bien à lui ... « Chaos is Custard » (crème anglaise ) lance-t-il une boîte de crème à la main. Oui car, tout comme la crème anglaise, le chaos permet de mélanger des choses qui ne vont pas ensemble d'habitude. Cuisine anglaise quand tu nous tiens. J'ai vu le même Paul Barnett manger un gâteau au chocolat/chantilly avant d'entamer un plat de pâtes le soir même au restaurant.
Pourquoi avoir choisi Tzeentch ? Comme vous le savez (allez donc visiter la section Univers/Races de notre site si vous ignorez des choses sur Warhammer) il existe quatre dieux sombres.

chaosmagus11280.jpg

Khorne, le dieu sanglant, est exclusivement dévoué à la guerre mais abhorre la magie. Il était donc difficile de faire des joueurs des adeptes de Khorne. Nurgle est le dieu de la pestilence, certains auraient pu ne pas apprécier de jouer des avatars en décomposition, les tripes dégoulinant du ventre et rependant d'ignobles maladies au moindre courant d'air. Slaanesh, dieu du vice et des plaisirs. Et Paul d'ajouter lubriquement « Oh yeah, i wannabe Slaanesh i wannabe Slaanesh ! » Ne correspondait pas pour des raisons d'éthiques. Warhammer n'est pas prévu pour le plus grand nombre à la base. Reste Tzeentch, maître des destinées, architecte du destin et seigneur du changement. Tzeentch est suprêmement intelligent et calculateur, bien au dela de la conception humaine, il élabore des plans inouïs qui courent sur des dizaines de milliers d'années le tout formant LE plan. Tzeentch autorise aussi bien la magie que le combat au corps à corps et sait rester très relativement propre sur lui. Le choix s'est donc naturellement porté sur le dieu oiseau.

Paul passe à la présentation des carrières du chaos. L'élu sera le tank, Paul insiste sur la corrélation entre la vocation de guerrier de l'élu et sa garde robe. Corrélation fort réussie il faut bien le reconnaître. Le Zealot sera le healer, adepte de la magie. Le dps à distance sera la mage du chaos, qui portera un bâton tel que Paul l'illustre grace à un pied de micro. Et montera un disque volant. Pendant cinq bonnes minutes le fou rire envahit la salle tandis que Paul explique de quelle manière la mage fera tout « on the disc ». Et Sieur Barnett de conclure : « Don't underestimate the disc ! »
La dernière classe du chaos n'est pas révélée, il s'agira d'un dps au corps à corps. A vrai dire, j'ai eu l'info le lendemain en visitant les bureaux de EA-Mythic... Ne pas vous le révéler me fend le coeur mais je ne voudrais en aucun cas trahir EA-Mythic ou l'équipe Goa qui ont tous été incroyablement sympathiques. En cherchant un peu vous devriez cependant mettre le doigt dessus. Il s'agit d'une carrière très connue du chaos.

20070127magechaos.jpg
Il est temps de nous essayer au mage du chaos ! Tout comme le mage flamboyant pour l'empire, c'est cette carrière que nous allons avoir le loisir d'essayer. Nous arrivons tous dans le camps représenté ci-dessus. Un inquiétant homme du nord en plate nous donne quelques quêtes.

Arborant ma robe bleue, brodée des symboles du tout puissant Tzeentch je m'engage sur le chemin qui me mènera à la puissance suprême ! Pour cela je dois accumuler de l'expérience et des objets toujours plus puissants et fi de mon âme ! Elle est déjà perdue depuis longtemps ! A l'Est, la crypte et ses squelettes et spectres, à l'Ouest le campement des hommes bêtes qui se pressent autour de leur pierre. Au Sud, le village des impériaux que nous mettons à sac depuis hier. De quel côté aller commettre mes première ignominies ?
Ce sera la crypte. Le chef du camp me charge d'aller renvoyer certains morts vivants dans leur plan. Ils auraient pu trouver pire destin me direz-vous, ils auraient pu se retrouver les enfants chéris de ce stupide Nurgle ! J'annihile quelques squelettes puis quelques spectres lorsque je pénètre dans le caveau. Mes sorts sont déjà puissants, mes ennemis redoutent mes projectiles ! J'entre en toute confiance et je me précipite au fond du bâtiment. Les viles entités sont nombreuses !! Les voilà à six derrière moi ! Je suis contraint de fuir pour assurer ma revanche ... plus tard. Satanés spectres ! Ils ne lachent pas prise, j'ai beau courir pendant de longues minutes ils sont toujours à mes trousses (les mobs ne lachent pas la poursuite pour le moment, cela dit, avec des sprints bien placés ils ne nous rattrapent pas). Une superbe idée me vient, je fais passer mes poursuivants au milieu de mes collègues, ces imbéciles, assemblés autour du donneur de quête. Ca marche ! Ils ont attaqué les créatures qui s'emploient maintenant à les massacrer pendant que je m'enfuis ! Je suis décidément voué à un bel avenir en ce monde.

20070127bannierechaos.jpg

Retour au camp. Me voilà récompensé par une puissante ceinture et j'apprends un nouveau sortilège « Fling red fire ». Impatient de voir quels genre de dégâts je peux infliger avec, je demande une nouvelle mission. L'imbécile il ne se doute pas que je prendrais tôt ou tard sa place en tant que chef suprême de ce camp. Il me demande d'aller massacrer quelques homme bêtes des gors et quelques ungors puis d'aller corrompre leur pierre de herde. Je pars donc à l'Ouest et je ne tarde pas à repérer un gor isolé en contrebas. Je lance Fling red fire ! Surprise ! La créature est abattue d'un seul coup ! (oneshot ! Fling red fire imba !). Je fais subir peu ou prou le même sort à ses congénères et me retrouve devant la pierre à force de carnage. Je lui insuffle mes énergies chaotiques et elle devient un réceptacle du pouvoir de Tzeentch. A partir de maintenant les hommes bêtes dégénérés sont nos esclaves, gloire au dieu oiseau ! Direction le sud pour semer la terreur dans les restes du village. On m'ordonne de brûler les dernières maisons encore debout. J'utilise une torche pour embraser les bûchers qui se trouvent au pied de certaines maisons. Joie ! Des survivants s'échappent des flammes ! Je vais pouvoir m'amuser un peu. J'en profite pour m'acquitter d'une vieille tache qui traînait dans un coin de ma tête, tuer quelques lanciers impériaux. Je retrouve les autres sorciers du campement, ces ambitieux qui comptent me prendre de vitesse sur la route du pouvoir, comme ils se trompent ... Au coeur d'un cimetière nous trouvons quatre mages en train de procéder à un rituel des plus étrange autour d'une carcasse de vache. (quête publique : Eidolon in the unshackled host ) Il s'agit d'abattre encore quelques lanciers. La boucherie est totale !

20070127magechaos2.jpg
Nous sommes ensuite chargés de collecter les énergies démoniaques qui s'échappent des tombes toutes proches. Lorsque l'énergie accumulée est suffisante pour l'accomplissement du rituel, nous assistons à l'avènement d'un rejeton de Tzeentch qu'il faudra protéger des mages qui veulent sa perte ! Malheureusement nous avons été trop lents et la divine créature a succombé. Le courroux de notre dieu sera sans doute terrible, je ferais mieux de partir, partir loin d'ici ... « You’ve been disconnected ».

Voila, nous devons nous déconnecter pour passer à la troisième partie de la présentation. Je dois ajouter que le monde est dors et déjà assez vivant, des oiseaux volent partout dans le ciel, des petits démons sont perchés ici et là et les nuages sont magnifiques et animés.

Place au RvR. Vous connaissez tous les niveaux de RvR de WAR je ne reviendrais par conséquent que sur les précisions.

Le jeu encouragera une alternance PvE / RvR.
Lorsqu'une capitale sera prise, et que les assaillants auront été repoussés, ce qui restera bel et bien à la charge des défenseurs bien qu'ils soient aidés, la « reconstruction » prendra un certain temps pendant lequel il sera impossible de reprendre la ville.

chaosmagus31280.jpg
C'est un moyen d'encourager les joueurs à s'attaquer à une autre capitale.
Ils feront appel aux instances lorsque ca sera nécessaire, y compris pour les assauts de capitales. Vraisemblablement la prise des portes sera instancée et ces scénarios spécifiques rapporteront des points de victoires à sa faction dans la zone de la capitale. Une fois le nombre de points nécessaires atteints les portent tombent et la mise à sac commence.

Nous allons maintenant pouvoir jouer en exclusivité à deux scenarios RvR. Il s'agit des « portes d'Ekrund » et du « temple de Mourkain ».
Nous aurons à notre disposition des personnages nains et peaux vertes de niveau quarante entièrement équipés d'objets bleus (le meilleurs à notre connaissance).

Il est temps d'en apprendre un peu plus sur les scénarios. Un scénario est un combat équilibré entre membres de deux factions et est instancié. Un scenario se gagne en cinq cent points mais il paraîtrait que certains nous mènent jusqu'à deux mille. Plusieurs variantes sont imaginables. Des variantes autour de capture the flag, de murderball, de domination et de deathmatch. Un scénario oppose deux équipes. 6 vs 6; 12 Vs 12 ou 36 Vs 36. Au lancement le jeu en comptera plus de quarante différents.

Les chiens de guerres seront de différents types, casters, healers ou fighters. Ils sont contrôlés par une intelligence artificielle et suivront tout simplement les personnages.

Jeff nous explique rapidement le but des scenarios :

20070127scenariomarais1.jpg
Le temple de Mourkain : Au centre du temple réside un artefact. Le joueur qui s'en empare est clairement indiqué par une bombe au dessus de sa tête. Pendant qu'il possède l'artefact le compteur de son camp monte. Pour lui faire lacher l'artefact il faut abattre ce joueur, a ses amis de la protéger. Simplissime mais diablement efficace !

Les portes d'Ekrund : Il s'agit d'un scenario de type domination. L'ordre doit défendre un rempart nain. La possession des remparts est basée sur trois salles précises qu'il faut contrôler pour marquer des points, plus vous en contrôlez plus le score monte vite.

Nous voilà engagés dans le temple de Mourkain, je joue un shaman gobelin. J'ai la capacité d'infliger des dégâts plus que corrects (bien que largement inférieurs au squig herder) mais je dispose surtout de debuff puissants et de soins ciblés ou de groupe. Les soins sont précieux quand il s'agit de maintenir en vie le porteur de l'artefact !
Je n'ai pas grand chose à dire, il faut le vivre. Mais sachez que malgré des configurations légères le combat reste fluide. L'action est trépidante et le rythme soutenu. On a pas le temps de souffler et on ressent vraiment la fureur de la bataille. Rien à voir avec la vidéo que nous avions pu voir il y a un moment. Nous (côté destruction) avons gagné les deux parties jouées dans le temple. Toutes les classes étaient représentées mais nous ne pouvions pas choisir. C'était en fonction de la machine sur laquelle nous nous trouvions.

Enfin, nous avons joué trois parties des « portes d'Ekrund ». J'appartenais aux forces de l'ordre et je jouais un brisefer dans son armure de gromril. La résistance du tank nain est impressionnante, il ne craint pas de se lancer au milieu de trois adversaires. Ses dégâts ne peuvent bien entendu pas rivaliser avec le martelier ou l'engingneur. C'est à cette occasion que j'ai eu la confirmation que les objets sont soit liés à une classe soit à une race. En effet mon « Tainted shield of Slaanesh » demandait la compétence «expert shield» qui semble l'apanage du brisefer. D'autre pièces portent la marque « race : dwarfs » ou encore « career : Ironbreaker ». Là encore nous sortons invaincus des trois parties ce qui nous a valu un trophée de choix !

En me balladant dans le campement avant d'entrer dans le scenario, j'ai pu voir un haut elfe. Il sont strictement conformes a ce qu'on est en droit d'attendre quand on connait un peu la licence de Games Workshop. Grands, fins, les traits aquilins, le visage pale, les cheveux blonds. Celui-ci avait les yeux entièrement noirs mais vous apprendrez demain que ce ne sera peut etre pas définitif.

20070127scenarioekrund1.jpg

C'est ainsi que s'achève l'après midi consacrée à la présentation de War. Une petite demi-heure plus tard nous partions au restaurant car nous avons finalement dépassé les quatre heures initialement prévues.
La salle, enthousiaste, a applaudit chaudement. A la fois les présentateurs et le jeu.

Si vous voulez mon avis, inutile d'attendre que War soit un hit, le hit est déjà là !
War is coming ! Et moi, je l'attends. 

20070127chaosfury.jpg

 

 

20070127scenarioekrund2.jpg
20070127scenarioekrund3.jpg
20070127scenarioekrund4.jpg
20070127scenarioekrund4.jpg
20070127scenarioekrund5.jpg
20070127scenarioekrund6.jpg
20070127scenariomarais2.jpg
20070127scenariomarais3.jpg
20070127scenariomarais5.jpg
20070127scenariomarais6.jpg

 

20070127chaosmonster.jpg
20070127chaosnpc.jpg

J'espère que vous aurez apprécié cet article. Je n'en suis pas pleinement satisfait car je n'ai eu que très peu de temps pour le préparer et je n'ai presque pas pu le retravailler. Sachez que d'autres articles viendront, en particulier des interviews de Paul Barnett et de Jeff Hickman qui apportent leur lot de révélations. Vous trouverez trois vidéos en suivant ces liens : Mage flamboyant , War RvR , War Scenery.

Je tiens à remercier l'équipe Goa qui était présente là bas. Remerciements de la part de l'ensemble du réseau JeuxOnline mais aussi d'un point de vue personnel. Sans vous, rien de tout cela ne serait arrivé.
Merci à Nikki pour son dynamisme et pour le travail d'organisation.
Merci à Saadia pour ses sourires et pour sa faculté, au moins égale à la mienne, à s'orienter dans les bureaux.
Merci à Rahim pour avoir été présent et pour nous avoir considéré comme des professionnels.

Réactions (279)


Que pensez-vous de Warhammer Online ?

1022 aiment, 256 pas.
Note moyenne : (1420 évaluations | 189 critiques)
7,0 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de Warhammer Online: Age of Reckoning
(416 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu