Entretien avec Halaguena

Halaguena, bien connue pour ses textes humoristiques relatifs aux MMORPGs qu'elle traverse, revient sur ses créations, la manifestation gobeline et le trio Katastrof, Kluh et Morv'.

Halaguena est une figure de la communauté, que ce soit sur son serveur - Har Ganeth, le dernier serveur francophone de type roleplay - ou sur les forums JoL WAR. Elle publie en effet régulièrement des histoires (ou des planches) qui sont autant de moments précieux d'amusement (voir une liste, non exhaustive bien entendu, de liens tout en bas). Elle a d'ailleurs récemment été l'une des lauréates du concours de textes roleplay lancé par GOA et a remporté à ce titre une cape de skaven (texte reproduit après l'entretien).

Sur WAR, elle incarne le désormais célèbre Kluh, un Dresseur de Squig (ou "Chasseur de Squig" selon la traduction, malheureuse selon certains, adoptée par GOA), accompagné de son fidèle compagnon Katastrof le Chamane et du facétieux Morv' le squig. Kata et Kluh, comme on les appelle sur Har Ganeth, sont connus, outre pour les bêtises qu'ils commettent, pour la grande manifestation de gobelins qu'ils cherchent à organiser.


Entretien avec Halaguena

Le trio Kata, Morv' et Kluh

 

Darwyn : Bonjour Halaguena, merci d'avoir accepté de nous parler un peu.
Halaguena : Bonjour Darwyn, comment refuser vu que tu m'avais menacée de me bannir de JOL en cas de refus... :)
Darwyn : C'est une calomnie, moi qui suis un animal si gentil.
On va peut-être commencer par une petite présentation : qui est Halaguena ?

Halaguena : Tu n'es qu'une vilaine bête mais c'était effectivement quand même une calomnie.
Pour ma part, je suis une Naine Guérisseuse de petite taille tout ce qu'il y a de classique. J'aime parler, me perdre et raconter des histoires.

Darwyn : Et présente également Kluh, qu'il ne faut pas oublier !
Halaguena : Kluh est mon avatar sur WAR. C'est un Dresseur de Squig - bien qu'on puisse se demander souvent qui de son Squig Morv' ou de lui même dresse l'autre... Il est toujours flanqué de son compagnon d'idioties - le Chaman Katastrof. L'idée du personnage m'est venue en fait du nom (Kluh = Hulk à l'envers).
J'avais imaginé un avatar à l'opposé de son référent à savoir une créature petite, pleutre et vicieuse. Je trouve que la projection a finalement été bien respectée. ;)

Darwyn : Tu écumes depuis pas mal d'années divers MMORPGs (et les forums JoL qui y sont liés en général). Qu'est-ce qui t'a amenée sur WAR ?
Halaguena : Une déception curieusement. Meralors - Kata sur WAR donc - et moi même nous étions lancés dans l'aventure Age of Conan. Passionnée de Robert E. Howard, j'avais sincèrement pensé y poser mes valises pour un moment mais l'attitude globale de Funcom a eu raison de ma patience
War sortait durant l'été qui suivait et Mera et moi avons donc décidé de "donner sa chance" au produit et nous nous sommes lancés.
Historiquement, je suis une Naine suffisamment vieille pour qu'on ne me demande plus mon âge... Ceci pour dire que j'ai beaucoup pratiqué les jeux Games Workshop dans ma jeunesse, y compris Warhammer en figurines et en JdR de table. J'étais donc très curieuse de savoir ce que donnerait un portage sur MMO...

Darwyn : Et finalement, que penses-tu du résultat ?
Halaguena : Lorsque j'ai débarqué, j'étais très déçue : c'était moche, les animations étaient pathétiques et le contenu originel était loin de ce qui avait été annoncé. Pour autant, je venais de AoC donc ma perception graphique du jeu était faussée.
Très rapidement, j'ai accroché au Dresseur de Squig et globalement au travail qui avait été fait sur les Peaux Vertes jusqu'à finalement me trouver conquise. Surtout, j'ai retrouvé l'excitation de la bagarre de masse que je n'avais plus ressentie depuis que j'avais quitté DAoC 5 ou 6 ans plus tôt.
Aujourd'hui, je m'amuse vraiment mais c'est autant dû à la communauté Har Ganeth et à mes copains de jeu - la guilde Hurles-Guerre en tête - qu'au jeu lui même, il faut être honnête.

Darwyn : Puisque tu l'évoques, peux-tu présenter rapidement ce serveur un peu atypique qu'est Har Ganeth ?
Halaguena : Je peux essayer... Har Ganeth est donc le dernier serveur estampillé "role play" de la communauté francophone. Il est assez paradoxal... Nous n'y sommes pas très nombreux mais les joueurs qui y sévissent sont à mon sens des joueurs d'une très grande qualité.
Qu'on soit Destru ou Ordre, nous sommes réellement unis par l'envie de partager un moment de plaisir et j'y ai toujours trouvé pour ma part des joueurs respectueux et plaisants. J'aime beaucoup ce serveur car la communauté y est très active et je déplore qu'il ne soit pas plus peuplé.

Darwyn : Le tag "roleplay" effraie peut-être certains joueurs, qui se demandent comment il est possible de concilier le roleplay et les exigences d'un jeu RvR (en termes de réactivité par exemple). Tu peux peut-être lever ces interrogations en nous expliquant ce que cela implique de jouer sur Har Ganeth ?
Halaguena : Je doute d'être la meilleure personne pour rassurer qui que ce soit sur le sujet. Ou alors peut être en prenant la question sur un angle un peu particulier...
Kluh n'a pas pour vocation à être un combattant émérite, loin s'en faut. C'est même un trait commun à l'ensemble de mes avatars qui sont bien plus concernés par l'ambiance et le fun que par la RoXXorattitude....
Pour autant sur Har Ganeth, je me bats énormément - tout le temps en fait. Et les combats ont toujours concilié l'amusement et l'efficacité mais sans aucune forme d'agressivité entre joueurs. C'est un élément important car ça implique bien qu'on peut être "roliste" tout en considérant le PVP comme un fondement du plaisir.
Je ne vois par "d'intégriste" du RP sur Har Ganeth, simplement des joueurs sérieux unis par le respect de l'autre. C'est très appréciable et ça ne demande pas de s'exprimer dans un français irréprochable mâtiné de médiéval pour autant...
Darwyn : Surtout si l'on joue un Peau-verte d'ailleurs !
Halaguena : Oui clairement ! Il est incontestable que les Peaux Vertes forment une communauté dans la communauté et que leur approche commune à base de singeries et de bêtises offre des bonnes parties de rigolade à tout le monde ! :D
Je conclurai donc en disant que le roleplay sur Har Ganeth est un facteur de fun mais pas une fin en soi.

Darwyn : Bon, espérons que ta réponse suscite des vocations de rôlistes !
Mais revenons-en au sujet principal quand même, à savoir Halaguena elle-même.
Halaguena : Mon sujet préféré... :p
Darwyn : Tu es connue, depuis des années, pour tes récits humoristiques portant sur les jeux auxquels tu joues. D'où te vient cette envie d'écrire et l'inspiration qui va avec ?
Halaguena : A vrai dire ça remonte à loin... J'ai commencé à produire des textes burlesques en anglais à l'époque ou je jouais à Meridian 59 en 1996. J'avais créé là-bas un perso qui s'appelait Hal the Buffoon et qui se prenait pour une espèce de journaliste ludique.
Meridian était quand même un jeu un peu confidentiel... J'ai repris "la plume" avec DAoC quelques années plus tard. J'y avais créé Halaguena la Naine et mes premiers textes avaient pour vocation de faire sourire car j'y relatais toutes mes difficultés de newbie sans rien occulter.
En faisant simple, l'inspiration me vient donc de ma propension à rester une éternelle noob...

Darwyn : Actuellement il semblerait que les Gobelins soient très agités sur Har Ganeth. Qu'est-ce qui a poussé un certain K. et un autre K. à s'investir pleinement dans ce mouvement ?
Halaguena : (rire) Tout est parti d'une discussion "in game" entre trois Gobelins : Raskasse, Katastrof et Kluh. Nous mettions le cirque sur le canal alliance comme tous les soirs et nous nous plaignions d'être toujours déconsidérés et moqués. Raskasse avait alors balancé une phrase primordiale en disant "kon d'vrait faire une manif !"
Nous en étions restés là, mais le lendemain je m'étais dit qu'on tenait un truc ! Un vrai event ! J'en ai parlé à Meralors/Katastrof et nous nous sommes mis d'accord : je lui fournissais un scénario et il le mettrait en image sous forme de vidéo (techniquement, je suis encore plus nulle qu'en pévépé)
Nous en avons parlé aux copains Gobs du serveur et ils ont tous joué le jeu : ça a donné la vidéo "on en a gros !"

Darwyn : Il me semble que tu as évoqué une suite à tout cela, tu peux nous en dire plus sur cette révolution gobeline qui se profile à l'horizon ?
Halaguena : Il faut savoir qu'au départ, nous n'avions rien prévu d'autre qu'un délire avec notre vidéo à la noix mais, rapidement, on nous a apostrophés de partout en nous demandant QUAND aurait lieu la manif'. Nous travaillons donc sur un nouveau trailer stupide pour relancer le truc et, très bientôt, une VRAIE manif' en jeu.
Nous souhaitons organiser un parcours qui permettra à nos ennemis de Har Ganeth et aux sympathisants des autres serveurs de participer car le délire se veut avant tout fédérateur pour toute la communauté War.

Darwyn : Quelles sont exactement les revendications des Gobelins ? Le respect ?
Halaguena : C'est assez compliqué en fait...
Si on prend deux Gobelins et qu'on leur demande quelles sont leurs revendications, on aura deux listes à la Prévert sans rien de commun. Si on prend 40 Gobs, on multiplie la problématique d'autant...
Pour le moment, la seule chose qui semble certaine est que les Gobelins "en ont gros" mais tous pour des raisons différentes et mal définies. Le seul point commun des Gobs c'est qu'ils sont cons comme des manches de hache, j'en ai peur ! :D

Darwyn : Et comment les autres membres des armées de la Destruction voient le mouvement ? Je pense notamment aux zoreilles pointues et aux kostos...
Halaguena : Pfff ces saletés de Noreilles méprisent le mouvement - mais y a-t-il une chose qu'ils ne méprisent pas... Pour ce qui est des Zorks, ces psychopathes combattent nos revendications à coups de latte dans les noix car ils ont peur de perdre dans l'affaire leurs défouloirs préférés. Quand aux Zoms, je ne sais pas trop car nous les fuyons - surtout ceux qui ont des bras de poulet parce que ça fait trooop peur !
Notre mouvement est donc contraint à la clandestinité et c'est tant mieux car on adore les trucs secrets, ça permet de mettre des masques et des déguisements rigolos. :D

Darwyn : Et vous ne craignez pas de débordements de violence en marge de la manifestation ? Enfin, plutôt d'être les cibles de débordements de violence.
Halaguena : Notre première force réside précisément dans le fait qu'on ne craint rien vu qu'on est bien trop abrutis pour ça ! Être idiot est une force énorme...
Darwyn : Bon, eh bien bon courage à vous alors. Si je suis dans le coin le jour dit, j'essaierai de suivre la manif' !
Halaguena : J'espère bien ! Nos revendications - même si elles restent encore à définir et probablement pour très longtemps -  doivent être soutenues par tous !


La vidéo "On en a gro" par Kata & Kluh

 

Darwyn : Pour reparler un peu des textes que tu écris, comment choisis-tu tes sujets ?
Halaguena : Il n'y a aucune espèce de logique. Dans 90% des cas, c'est un élément en jeu qui va me motiver à écrire un truc. Ma principale source de motivation, c'est donc tous ceux qui me font l'amitié de me supporter en jeu. Après dans la forme, je me lance et je rédige d'un bloc. J'ai déjà essayé de plus travailler mes textes mais mon meilleur fonds de commerce reste la spontanéité. Et ça tombe bien vu que je suis une feignasse pur jus...

Darwyn : Ce qui plaît manifestement à tes lecteurs, comme en témoignent les nombreuses réactions sur les forums et le prix que tu as récemment remporté ; pour cette histoire en particulier, qu'est-ce qui t'a poussé à écrire sur Gragnak - et qui est-il ?
Halaguena : Pardon, il a fallu que j'aille vérifier si j'avais bien compris la question vu que je ne voyais pas trop qui était ce Gragnak... C'est donc l'Orque autoritaire du concours.
Darwyn : Absolument ! C'est un épisode totalement inventé, ou bien est-ce inspiré de quelque chose de vécu, comme une quête ou autre chose ?
Halaguena : C'est pire que ça : le 15 premières lignes sont imposées par GOA ! je ne les ai pas écrites car elles sont communes à tous les compétiteurs et servent de base commune pour le concours. Si dans mon texte, ce que vous préférez correspond aux 15 premières lignes, évitez juste de me le dire ! Je me suis donc appropriée Gragnak et je l'ai développé à ma sauce mais il est un "trademark" GOA au départ.
Darwyn : Ca m'apprendra à aller lire les règles des concours auxquels je ne participe pas.
Halaguena : (rire) Bah tu couperas au montage ! Maintenant s'agissant de l'ensemble du texte, c'est de l'invention pure. J'avais du temps un midi, le sujet m'inspirait, ça a donné le texte que tu connais. (NdlR : voir ce texte plus bas.)

Darwyn : On n'a pas eu l'occasion de lire grand chose de ta part ces derniers temps et on attend notamment les prochains "tirages de portrait", très amusants même lorsque l'on ne connaît pas les intéressés. Quand est-ce que tu reviens nous raconter des histoires ?
Halaguena : Dés que je le peux ! la vraie personne derrière Halaguena, Kluh et consorts a aussi la sale habitude d'avoir une vraie vie et il peut arriver qu'on la fasse travailler sous prétexte qu'on lui verse un salaire. C'était le cas récemment. J'ai cependant bon espoir, une fois la Manif' Gob finalisée, de me remettre au travail et de vous pondre quelques conneries dont j'ai le secret. :)

Darwyn : Kluh va de pair avec son Chamane Katastrof ; mais d'où vient ce fameux duo de choc ?
Halaguena : Il vient - et même revient... - de loin ce tandem ! La personne qui se planque honteusement derrière Kata est mon plus vieux complice vidéoludique en fait. On s'est "connus" sur DAoC/Brocéliande où il incarnait Meralors le Skald.
Mera est aussi éloigné de moi qu'il est possible de l'être : il est jeune (sic), très doué ludiquement (re-sic) et doté d'un sens de l'orientation et de l'organisation impressionnant (re-re-sic).
C'est probablement la preuve factuelle que les contraires s'attirent mais c'est surtout mon meilleur ami et le compagnon rêvé dès lors qu'il va s'agir de se lancer dans des concepts burlesques ou des idioties de tout poil...
Depuis 7 ans, il n'y a pas eu de Halaguena sans Meralors tout comme il n'y aurait pas sur WAR de Kluh sans Kata. :)

Darwyn : Pour finir, quel est incontestablement le truc le plus délirant qu'aient fait Kata et Kluh à l'heure actuelle ?
Halaguena : Ca reste probablement d'avoir décidé dés le début que puisqu'aucun des deux n'acceptait l'autre comme chef, ce serait Morv' le Squig qui commanderait. Ca reste aussi incontestablement leur meilleure idée puisqu'elle leur permet toutes les facéties imaginables en arguant du fait que... "cé Morv' ki l'a dit."

Darwyn : Eh bien merci pour toutes ces réponses Halaguena. Si tu as envie de passer un message, un petit coucou ou n'importe quoi d'autre avant que nous nous quittions, ne te gêne pas.
Halaguena : C'est proposé gentiment donc je vais en profiter. Je remercie chaleureusement mes amis de la Destru - surtout les Hurles-Guerre et les membres du Conclave - ainsi que mes ennemis de Har Ganeth et - par extension - la communauté WAR dans son ensemble pour le plaisir si appréciable qu'elle me donne !
Ensuite, je remercie chaleureusement mes copains de MegaTomte qui contribuent tous à la culture du délire si chère à mon coeur.
Enfin, je remercie Meralors pour toujours être là malgré toutes les misères que je peux lui faire, consciemment ou pas.
Et j'embrasse Morv' sinon cette saleté va me niaquer !
Bien à toi, cher ami.
Darwyn : Bonne fin de journée Halaguena, et continue à animer les forums et à nous distraire avec tes créations. Tiens-moi au courant pour la manif de Gobelins !


Kluh sur son loup

Kluh sur son loup

Le texte qui a permis à Halaguena de remporter une Cape de Skaven

La bande d’orques habillés de manière étrange se ruait à travers les bois vers la taverne naine isolée. Gragnak Kasseurdetete, le plus méchant, le plus grand et le plus vert de la bande, huma l’air, écouta le charivari des gars derrière lui et renifla de dégoût. Il n’était pas seulement le plus fort, mais le plus intelligent également et bien qu’il brûlait d’impatience de se battre avec des nabots, il avait l’opportunité de montrer son intelligence au chef de guerre.
"Hé !" rugit-il, se tournant pour planter son koup’tou dans le front de l’orque rigolant derrière lui. "Bouklez-la, ou les nabots soront k’on est là."
Le peau-verte malchanceux plaça ses doigts sales autour de l’arme encastrée dans son front épais et, jetant un regard interrogateur, tomba en avant. Gragnak récupéra son arme d’un coup brutal avant même que l’orque n’ait touché le sol.

"Ekoutez ! Les nabots soront pas k’on est des orques avant k’on soit bien entrés. Gagna me l’a dit, et Bugrag lui a dit k’on a déjà utilizé ce truk avek les nabots barbuts, ok ? Ben ça a marché alors pensez à ce k’on fera avek ceux-là !" Le géant peau-verte sortit de la lisière et s’avança vers la porte de la taverne.
Avançant maladroitement, Gragnak ouvrit la porte violemment, ajustant sa perruque et entra dans la taverne.

"Aaaah!", dit une voix derrière lui, " cé pour ça k’on avait besoin des jupes." 

Stoppant net sa progression pour se retourner et fermement tataner le suicidaire qui avait osé s’exprimer sans autorisation, Gragnak prit en pleine poire l’ensemble de la bande qui continuait d’avancer stupidement. La vision de cette improbable et colossale matrone qui basculait cul par-dessus tête en entraînant l’ensemble de ses camarades à sa suite déclencha une franche hilarité chez la douzaine de Nains qui occupaient la salle principale. 

« Régos, lança un rouquin tatoué des pieds à la tête au tenancier qui se tenait les côtes, te voilà bon pour repaver ton sol vu l’ampleur des culs qui le taquinent ! »
« Oui Da, compagnon, acquiesça Régos en écartant les bras en signe d’impuissance forcée. J’avais pourtant demandé des Naines accortes et peu farouches pour la soirée et on m’envoie des humaines obèses et maladroites aussi féminines qu'un pied de chaise ! Foutraques d’officiers aussi incapables de commander l’assaut que d’assurer le repos du guerrier !!! » 

Lorsqu’il parvint enfin à se dégager de la masse avachie - agacé par les quolibets des Nains - Gragnak ne fut pas vraiment surpris de constater que l’importun suicidaire qui avait osé la ramener sans y avoir été invité n’était autre que cet imbécile de Kluh le dresseur de Squig. Ce stupide Goblin – toujours flanqué du Chaman Katastrof, tout aussi caquetant et insupportable – avait été imposé comme l’éclaireur du groupe par Boss Bugrag.  

Force était de constater que cette  andouille n’avait jusqu’ici même pas été capable d’éclairer le chemin avec sa torche et l’Orque commençait à se demander si on n’avait pas balancé le duo de boulets dans ses bottes ferrées à seule fin de faire échouer la mission pour le discréditer.  

Empoignant fermement par le col les deux microbes qui tentaient de lui échapper en couinant, il les leva sans peine aucune jusqu’à hauteur d’Orque puis – plantant ses petits yeux chafouins et noirs comme son âme dans les regards fuyants des Gobelins - il siffla entre ses dents pourries : 

« C’est koi LA priorité d’la mission, les zavortons ? »
« Lé champignons ??? » demandèrent en cœur les deux créatures tremblantes en affichant une moue peu assurée.
« Les champignons ??? » singea le gigantesque Orque Noir en dodelinant de la tête.
« Ah s’pô ça ? » tenta Kluh tandis que Katastrof – prévoyant - mettait déjà ses mains sur sa pathétique moumoutte.
« Bah nan s’pô ça… » ricana Gragnak. « C’est la DIS-KRé-TION !!! »
« Ah wééé !!! Tu vas rire, Boss : jé konfondu à kôz ke ça termine pareil en fait ! » s’enterra le Dresseur en ramenant sa perruque à tresses blondes au centre de son crâne luisant de trouille.
« J’vais vous dir’, les mikrobes », reprit le monstrueux travesti d’un ton nonchalant, « ça m’fait PAS rire… Et Boss Bugrag il a bô vous z’avoir à la bonne, y l’é pô là pour sauver vos sales piots d’nuisib’ s’te fois ! Et y en a MARR’ d’vos Squigueries !!! J’vais vous klaté la fass’ juskà s’ke vot’ jus d’tête tout moizi y sorte d’vos zoreilles d’ânes !!! » 

Et de faire rimer le geste et la parole en cognant brutalement Kluh sur Kata puis Kata sur Kluh. Il  s’apprêtait déjà à recommencer jusqu’à ce que trépas s’en suive lorsque le Nain rouquin qui s’était déjà exprimé se lève et l’apostrophe bruyamment, visiblement très contrarié : 

« Oh la mère, ça n’est pas là une façon de traiter des gamines ! Même vilaines et contrefaites comme ces pauvres miséreuses ! » 

Toujours de dos par rapport à la salle et plongé dans la pénombre de l’entrée, Gragnak Kasseurdetete s’interrompit en soufflant un « Diskrétion… » douloureux puis renifla deux fois avant de déposer presque délicatement à terre le duo encore sonné par le choc. 

« Je préfère ça, ma grosse ! renchérit le rouquin en se rasseyant. « Foi de Baldur Snorrison, il ne sera pas dit qu’une mégère trop nourrie peut molester d’infortunées tortes en ma présence !!! »    

Pendant un instant, la douzaine d’Orques espéra que leur chef parviendrait à prendre sur lui. Puis son horrible visage couturé fut agité de tics qui auraient été du plus haut comique s’ils n’avaient été annonciateurs d’une de ses fureurs légendaires. Le coléreux marmonna difficilement un second « Dirskrétion… » en se retournant très lentement, les yeux maintenant injectés de sang fixés sur le rouquin et la bave au lèvre. 

Malgré la pénombre qui nimbait l’étrange groupe toujours immobile sur le pas de la porte, l’instinct des Nains – bien qu’encore imprécis sur la menace - sonnait le tocsin. Le silence s’était fait dans la taverne et les petits guerriers se levaient lentement en tâtonnant pour récupérer en douceur qui un marteau, qui une hache, sans quitter des yeux ces étranges silhouettes indistinctes clairement annonciatrices de très gros soucis courtermistes.

Calquant pour leur part leur attitude sur celle de leur chef, les Peaux Vertes n'envisageaient visiblement pas de décevoir les nabots et ils abandonnaient maintenant le peu de retenue dont ils avaient fait montre jusqu’alors. Fini les vieilles tassées et courbées, ils s'ébrouaient et se se redressaient de toute leur impressionnante hauteur, commençant même à grogner de façon menaçante.

La scène s’était comme figée avec d’un coté les Nains qui se regroupaient au centre de la salle et de l’autre les Orques qui faisaient glisser lentement oripeaux féminins et perruques grotesques, dévoilant le fer grossier des cotes de maille et l’acier des Kikoups dissimulés sous les robes. Aucune provocation ne fusa. Aucune insulte. La haine de l’ennemi atavique emplissait l’air déjà lourd de la taverne, palpable, presque physique. Le hurlement que poussa alors Gragnak Kasseurdetete rendit sa liberté au temps suspendu. 

« WAAAAAAAGH !!! »  

Aussitôt reprit par douze gorges vertes, il fit office de signal pour la charge et les colosses d’émeraude s’élancèrent pour le massacre.

Loin d’être ébranlés, les petits barbus - survivants de centaines de combats terrifiants - firent front et encaissèrent le choc sans plier. Un court instant, la lutte fut indécise : les boucliers s’entrechoquaient et les deux camps négligeaient leurs armes pour uniquement pousser, engagés dans une lutte de force brute presque ludique ou il fallait faire reculer l'adversaire et dont l’enjeu n’était rien d’autre que l’honneur d’une race capable de terrasser l’autre par sa bestiale sauvagerie.  

Si les Orques bénéficiaient d’une force supérieure, les Nains compensaient par leur insensée robustesse et leur organisation sans faille. Difficile de savoir qui l’aurait finalement emporté puisqu’au moment ou personne ne s’y attendait, un énorme Squig apparut de nulle part et vint aplatir lourdement la majorité des belligérants, envoyant Nains et Orques au sol avec un bel ensemble.  

« Morv’, sakré galopin, t’as pas fini d’te perdre ! » réprimanda Kluh en agitant son doigt sale en direction de son familier, « Reviens donk vers papa ou tu vas t’prend’ un vilain kou sur l’muzo, pôv’ innocent !!! » 

L’instant de grâce était passé.  

A peine remis sur pieds et dédaignant l’improbable trio des deux Gobelins et du Squig réfugiés dans un coin de la pièce, les adversaires engagèrent le combat avec une frénésie mortelle. L’heure n’était plus à la joute sportive et peu importait les coups reçus tant qu’on en donnait. En quelques secondes, la mêlée fut générale et la bataille tourna à la boucherie totale. Les gerbes de sang et les morceaux de corps volaient maintenant dans toute la salle. Au milieu du carnage, le rouquin tatoué et Gragnak abattaient leurs effroyables haches à deux mains furieusement, pareils à deux bucherons de cauchemar, positionnés dos à dos. Le carnage n’avait pas duré une minute quand ils constatèrent qu’ils étaient les seuls combattants encore debout.  

Mais dans quel état… 

Baldur le Nain donnait l’impression d’avoir été entièrement mâché par un troupeau de bête féroces tant il était tailladé et meurtri. Il ne tenait plus sa gigantesque hache que d’une main, l’autre ayant été réduite en une pulpe informe d’un terrible coup de masse. Quant au coté gauche de son crâne, il avait été proprement scalpé et sa lourde tresse d’Honneur pendouillait misérablement sur son épaule déchiquetée. 

Gragnak l’Orque n’était pas en reste : son bras droit, tranché net au niveau du coude, arrosait copieusement la pièce d’un sang épais et sombre sans qu’il s’en rende simplement compte ;son oreille gauche avait laissé la place à un trou aussi béant qu’écœurant et un tronçon de bouteille de bière dépassait comiquement de son ventre lacéré. 

« Heu, Boss Gragnak, tenta Katastrof le Chaman, si on laissait les nabots avant d’trop déranger ? On s’soigne pis on r’viendra finir plus tard quand y s’ront moins okupés…»
« , renchérit Kluh, on r’viendra… diskrèt’ment !» 

Ignorants l’intervention et ruisselants l’un comme l’autre de fluides divers et de morceaux de viande immonde, les deux combattants abandonnèrent les tronçons brisés de leurs haches et arrachèrent ce qui restait de leurs armures sans se quitter des yeux pour - défigurés par la folie et les coups - se jeter l’un sur l’autre et s'unir dans une ultime confrontation fatale.    

« Ferme tes noeils Morv, couina Kluh à son Squig qui léchait bêtement la bave qui lui coulait des nasaux, ça va faire troooop peur là… »

Baldur prit Gragnak au dépourvu en bondissant et en lui assénant un coup de tête qui - s’il entama jusqu’à l’os le front du Nain - fit exploser les rares crocs qui restaient à l’Orque. Il n’eut cependant pas le temps de retomber à terre que déjà les bras épais comme des troncs d’arbre du Peau-Verte l’attrapaient au vol pour l’écraser.  

Le Nain savait qu’il ne parviendrait pas à desserrer l’étau et qu’il n’avait que quelques secondes avant que le Titan bestial ne lui rompe l’échine aussi baissa t’il  la tête et planta ses dents dans la gorge sans protection de son ennemi. Gragnak hurla mais ne relâcha pas sa prise. La mâchoire rivée à la gorge de l’Orque, le Nain arrachait à belles dents des morceaux de chair comme un loup enragé tandis que son adversaire - comprenant que sa survie en dépendait – redoublait d’effort pour lui broyer les reins de ses muscles puissants.  

Une ultime bouchée infâme eut raison de la carotide de Gragnak et un torrent de sang arrosa les Gobelins et le Squig immobilisés par l’horreur à plusieurs mètres de là. L’Orque s’affaissait – déjà mort – quand un dernier spasme  de ses bras puissants déclencha un craquement de branche brisée, transformant le rouquin victorieux en une touchante petite poupée cassée. 

Les deux incroyables adversaires s’effondrèrent avec un bruit mou dans un superbe ensemble et on n’entendit plus que le grésillement de l’âtre dans lequel finissait de frire un infortuné nain et le claquement des dents des deux gobelins terrifiés par ce qui venait de se dérouler sous leurs yeux incrédules. 

« On fait koi, Kata ?» demanda Kluh à son vieux complice vu que c’était lui le Chaman.
« On rentre dir’ à Boss Bugrag qu’on a rempli la mission et ke Boss Gragnak il est mort !»
« Hé Kata, murmura le Dresseur en balançant un clin d'oeil entendu, et si on disait à Boss Bugrag que c’est nous kon a tué Boss Gragnak ! Ou même kon a tué tous lé Nabots pis APRES Boss Bugrag… Pour ki nous rékompense t’vois…»

Katastrof le chaman regarda son camarade des pieds à la tête, puis il porta son regard sur la dépouille du colosse vert, puis sur celle du Nain roux, puis à nouveau sur Kluh et il partit d’un rire hystérique avant de sortir de la taverne transformée en abattoir. Derrière lui, le Dresseur poursuivait son argumentaire, inquiet de constater qu’à chaque nouvelle parole prononcée, le Chaman gagnait en hilarité.  

Loin derrière, Morv’ le Squig suivait de sa démarche d’équilibriste, mâchouillant nonchalamment un débris de viande quelconque en rotant, clairement peu concerné par la  tragédie des peuples et les luttes Divines.

Kluh et Morv'

Kluh et Morv'

 

Retrouver les créations d'Halaguena

Halaguena n'est pas très ordonnée : elle laisse traîner ses textes et autres créations un peu partout, sur des sites communautaires, des sites variés, et même sur les forums JoL (mais alors, sur plein plein de sections). Voilà quelques liens à destination de ceux qui voudraient lire quelques unes de ses créations :

Le forum MégaTomte, qu'Halaguena floode consciencieusement (lire absolument les textes "Warhammer Online : mode d'emploi" !)

Tirages de portrait : Kro le nabot et Alana la Noreille

Et aussi, au-delà de WAR :

La Librairie (textes des périodes DAoC et CoH)

Compilation de webbédés (parfois sans lien direct avec les MMOs)

Le magazine Zéro absolu, réalisé pour COH

Réactions (16)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Warhammer Online ?

1022 aiment, 256 pas.
Note moyenne : (1420 évaluations | 189 critiques)
7,5 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de Warhammer Online: Age of Reckoning
(416 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu