Karak aux Huits Pics

Karak aux Huit Pics doit son nom aux huit montagnes qui entourent la forteresse des nains. La ville elle-même a été érigée à la base d'une vaste dépression, créant un amphithéâtre naturel. L'extérieur de Karak aux Huit Pics reflète l'incroyable ingéniosité naine, les pics des montagnes formant les remparts de la cité. Toutefois, l'intérieur de la ville, avec ses murs imposants, n'a pas d'égal en termes de défense. Karak aux Huit Pics est devenu l'un des bastions nains des régions sud des Montagnes du Bord du Monde, ainsi qu'une étape importante sur la route commerciale entre Karak Azul et les forteresses naines du nord. Les conséquences n'en ont été que plus dévastatrices lorsque la ville est tombée. A l'époque de sa gloire, Karak aux Huit Pics était la plus importante forteresse du sud. Ses salles innombrables, ses galeries et ses tunnels ainsi que ses temples égalaient en splendeur ceux de Karaz-A-Karak. Son nom original en langue naine était Valu-Azrilungol, ce qui veut dire "Reine des Profondeurs Argentées".
"Huit Pics", comme l'appelle les peaux-vertes, est dorénavant aux mains des Gars du Soleil Sanglant et la cité a perdu sa grandeur d'antan. Les graffiti orques ont recouvert les murs et des tas d'immondices jonchent les rues. Les totems et bannières de guerre ont remplacé les statues, et les filigranes d'or et de gromril qui ornaient jadis les grands murs ont été dérobés. Au cœur de la forteresse, le Seigneur de guerre Grumlok attend patiemment que les orques et les gobelins se rassemblent pour rejoindre la Waaagh ! Lorsque son armée sera assez puissante, Grumlok conduira sa horde sur un chemin de conquête, jusqu'aux portes de Karaz-a-Karak. Là, ils tenteront ce qu'aucune Waaagh ! n'a jamais réussi : capturer la capitale des nains.

La cité fut construite dans un grand cirque rocheux, entouré de huit pics : Karag Zilfin, Karag Yar, Karag Mhonar, Karagril (appelé aussi La Corne d'Argent), Karag Lhune, Karag Rhyn, Karag Nar et Kvinn-Wyr (La Dame Blanche). La cité était difficile à approcher, protégée par les huit grands pics aux neiges éternelles et par ses fortifications imposantes. Ses murs s'étendaient à perte de vue mais la plus grande partie de la cité, les grandes salles voûtées, les places, les profondes mines et les sépultures royales étaient construites sous la surface. Karak aux Huit Pics est tombée il y a deux mille cinq cent ans environ, lorsque les orques et les gobelins attaquèrent en surface alors que les skavens infestaient les souterrains. La perte de cette forteresse fut un désastre pour les nains et annonça la fin des forteresses du sud, à l'exception de Karak Azul. Après avoir muré leurs temples sacrés ainsi que tous les trésors qu'ils ne pouvaient pas emporter, ils quittèrent leur cité. Les cavernes furent abandonnées aux choses hideuses qui grouillaient dans les profondeurs et les montagnes furent envahies par les gobelins.

Dans les siècles qui suivirent la chute de Karak aux Huit Pics, les nains organisèrent plusieurs expéditions pour reconquérir leur forteresse. La plupart n'étaient destinées qu'à l'exploration ou à la récupération des reliques, mais tous songeaient au jour où ils parviendraient à reprendre la demeure de leurs ancêtres. La renommée de Karak aux Huit Pics est telle que ces aventuriers n'appartenaient pas tous au peuple Nain. Certains étaient des hommes des royaumes de l'ouest venus chercher gloire et fortune. Plus récemment, un seigneur nain nommé Belegar, descendant direct de Lunn le dernier roi de Karak aux Huit Pics, mena vers la cité une expédition qui fut en partie couronnée de succès. Il réussit à reprendre les niveaux supérieurs de la forteresse, qu'il fortifia et renforça. Les nains descendirent alors dans certaines vieilles mines, ramenant de vieux trésors du passé. Néanmoins les nains ne contrôlent qu'une petite partie de ce qui fut jadis une immense cité et ils sont cernés par l'ennemi, vivant en état de siège constant sans savoir de quoi demain sera fait. Peut-être un jour pourront ils reconquérir l'intégralité de la cité de leurs ancêtres, mais pour l'instant ils doivent s'estimer heureux de pouvoir maintenir cette fragile tête de pont parmi les ruines.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Warhammer Online ?

1022 aiment, 256 pas.
Note moyenne : (1420 évaluations | 189 critiques)
7,0 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de Warhammer Online: Age of Reckoning
(416 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu