Hauts Elfes - Histoire

La brèche


Les Hauts Elfes sont parmis les premières races crées par les Anciens, ces êtres quasi-divins et mystérieux venus des étoiles qui disparurent il y a des milliers d’années. Les Hauts Elfes ont une affinité naturelle avec la magie sous toutes ses formes. Depuis plus de huit mille ans, ils vivent à Ulthuan, une grande île isolée des continents. Les Asurs, comme ils se nomment, parcoururent le monde sur leurs rapides esquifs, explorant et cartographiant ses moindres recoins bien avant que les hommes sortent de leurs cavernes.

Il y a des milliers d’années, le portail de transport stellaire situé au pôle Nord crée par les Anciens s’effondra pour une raison inconnue. A sa place, une fissure béante dans la réalité s’ouvrit de façon permanente, formant une brèche entre notre réalité et les plans du Chaos, une dimension alternative infinie peuplée d’esprits redoutables, crées par les pensées, les rêves et les cauchemars des êtres pensants de notre réalité.

Les plus puissants de ces esprits sont nommés les Dieux du Chaos et ils sont au nombre de quatre. Leurs serviteurs sont les démons du Chaos. S’engouffrant par la faille, les hordes prirent forme matérielle, alimentées en permanence par les énergies chaotiques libérées sur le monde, et envahirent telle une vague déferlante les terres civilisées.

Les Asurs se rassemblèrent en une grande armée organisée et firent front, abattant d’innombrables créatures cauchemardesques. Mais les forces du Chaos sont infinies et les Asurs réalisèrent bientôt que le monde courait à sa perte.
Des adorateurs du Chaos assassinèrent la Reine Eternelle, et Aenarion le RoI Phénix, son consort, fou de douleur, tira l’épée de Khaine, dieu de la guerre et du meurtre, pour la venger. Se frayant un chemin de sang et de haine, Aenarion libéra Morathi, belle Asur captive des cultistes. Il tomba sous son charme, sans réaliser qu’elle avait été pervertie par sa captivité trop longue au sein du Chaos. Morathi la perfide enfanta d’Aenarion le prince Malékith.

Pendant ce temps, les Hauts Elfes entreprirent un plan désespéré pour endiguer la marée chaotique : Tandis que les archimages Asurs se réunissaient autour du cercle de pierres séculaires d’Ulthuan pour créer, dans un gigantesque rituel, un vortex capable d’aspirer les énergies inépuisables du Chaos, Aenarion, Roi-Phénix des Asurs, affrontait le gros des forces ennemies dans une confrontation apocalyptique qui culmina avec l’arrivée des quatre dieux du Chaos.
Finalement, Aenarion tint bon bien que mortellement touché et le vortex des Asurs aspira les vents de magie chaotique alimentant les légions démoniaques.
Privé de leur substance, les démons s’évanouirent, incapable de maintenir longtemps leur forme matérielle.

Les Asurs avaient vaincu, mais le prix à payer était cher. Aenarion avait péri au milieu d’une multitude des siens et le vortex crée au centre d’Ulthuan demandait une vigilance constante. Au Nord, cependant, la brèche était toujours ouverte, et l’influence du Chaos, plus insidieuse, perdura et perdure encore.


La Déchirure


Après la disparition de Morelion, fils légitime de la défunte Reine Eternelle et d’Aenarion, perdu sans laisser de trace en pleine mer à l’Est, le prince Malekith semblait tout désigné pour accéder au trône. Il avait eu tout le temps pour prouver sa valeur, fin négociateur et ami des nains, valeureux sur le champ de bataille. Mais sa mère Morathi, corrompue par le Chaos, avait une influence fatale sur le prince.

Les sages d’Ulthuan, eux seuls capables de choisir qui monterait sur le trône, se méfièrent de Malékith, jugé impétueux, et préférèrent le sage Bel-Shanaar, posé, noble et juste. Malékith ne supporta pas l’affront, et poussé par sa mère, il sombra dans une folie meurtrière.
Il empoisonna Bel-Shanaar et monta sur le trône, trompant et abusant la confiance des Asurs avec des paroles mielleuses, dénonçant l’influence du Chaos au sein même de l’Ile, traquant les soi disant adorateurs et enfermant des centaines d’Asurs accusés à tord de trahison.
Pourtant, certains ne se laissèrent pas abusés, et pour prouver à tous sa légitimité (que dans sa folie il croyait fondée), Malékith décida de braver la Flamme D’Asuryan, une épreuve que seul un légitime Roi Phénix peut oser tenter.

Les dieux rejetèrent ainsi le traître et son corps brûlé chuta loin de la Flamme Sacré. Recueilli et soigné par Morathi, il entraîna dans son sillage une partie des Hauts Elfes de sa maison et des maisons nobles qui crurent en ses mensonges.
Une guerre civile sans précédent éclata dans Ulthuan, et les frères d’hier s’étripèrent dans un carnage effroyable. Les partisans de Malékith, croyant soutenir le légitime souverain et combattre des frères corrompus, furent sans le savoir imprégnés de la noirceur qui asservissait déjà l’esprit de la mère et du fils.
Les loyaux Asurs d’Ulthuan se rallièrent à Caledor, qui fut couronné Roi Phénix pour succéder à Bel-Shanaar honteusement assassiné.

Caledor mena la bataille contre les renégats et toute l’Ile fut embrasée. Finalement, la bataille décisive eut lieu dans les marais de Maledor, et Malékith, désormais connu sous le nom de Roi Sorcier, fut vaincu, forcé de fuir avec ses fidèles loin d’Ulthuan, dans les terres inhospitalières de Naggaroth. Ils devinrent les Elfes Noirs, ou Druchii, et leur haine n’est toujours pas tombée.


La Guerre de la Barbe


Sous le règne de Caledor II, les Hauts Elfes vivaient en paix et étaient présent sur tous les continents, en particulier celui que les hommes appellent « le vieux monde ». Les relations commerciales avec le peuple nain étaient également au beau fixe.
Cependant, les choses heureuses ne durent qu’un temps. Une caravane de nains tomba sous l’attaque sournoise de Druchiis, les Elfes Noirs, qui massacrèrent tout le monde jusqu’aux femmes et enfants.

Le Roi nain Gotrek Brise-Etoiles ne fit pas la différence entre Hauts Elfes et Elfes Noirs et envoya prestement un diplomate à Ulthuan pour exiger réparation d’un fait qui n’était pourtant pas des Asurs. Las, les pourparlers tournèrent court devant l’attitude belliqueuse du diplomate, qui jura sur sa barbe qu’il ne repartirai pas sans avoir réparation.
Les Asurs, peu patient devant si peu de manières, le prirent au mot et le renvoyèrent chez lui… sans sa barbe.

Inutile de préciser que l’affront, coté nain, fut pris très au sérieux, et ceux-ci revinrent en armes et nombreux. Voulant couper court à tout risque de conflit prolongé, le roi Caledor II prit lui-même la tête de l’ost des Hauts Elfes qui partit à la rencontre des rancuniers montagnards. Le sang coula à flot dans les deux camps, tant et si bien que Caledor II lança un appel au prince nain Snorri le Manchot pour tenter d’y mettre un terme. Le prince nain, jeune et fougueux, prit cela comme un défi et engagea le combat. Caledor II, forcé de se défendre, l’occis à regret.

La bataille prit fin mais pas la guerre, car les nains ont la rancune tenace. Le cousin de Snorri, Morgrim, se jura de le venger, et avança à son tour avec son armée. Les Asurs refusèrent le combat et battirent en retraite pour limiter les effusions de sang, mais les nains ne lâchèrent pas prise et finalement une nouvelle bataille devint inévitable.
Le prince Imladrik tenta de contenir les nains tout en les raisonnant, mais il périt de la main de Morgrim, qui poursuivit sa vengeance aveugle en pillant plusieurs villages, puis en assiégeant la cité de TOR Alessi.

Caledor II du venir en aide sur place et endura un siège de plusieurs semaines avant d’autoriser le roi Gotrek à pénétrer dans la cité pour des pourparlers. Mais le roi nain n’avait pas l’intention d’en rester là. Profitant de l’offre des elfes, il fit rentrer le gros de son armée dans la cité et provoqua le roi Caledor II, le forçant à se battre. Caledor II tenta encore de raisonner Gotrek mais perdit une occasion de se défendre. Gotrek abattit le Roi Phénix d’un coup de marteau, et récupéra sa couronne. Finalement, les nains rassasiés repartirent dans leurs pics emportant la couronne tachée de sang.

Les Druchiis, profitant de la faiblesse momentanée des Asurs, lancèrent une attaque sur Ulthuan, coupant court à toute velléité des Hauts Elfes de poursuivre les nains.


L’invasion d’Ulthuan


Cette fois ci, les elfes noirs de Malékith, les Druchiis, avaient lancés un assaut majeur dévastateur, prenant de court les défenseurs d’Ulthuan. Une force d’infiltration avait pu tendre une embuscade à la Reine Eternelle des Asurs, et sa garde d’honneur fut massacrée. La jeune reine s’enfuie de justesse grâce au courage de son jeune capitaine, Tyrion, pourtant blessé. Introuvables car pourchassés et cachés dans la forêt, les Asurs pensèrent les avoirs perdus. L’annonce de la mort de la Reine Eternelle sapa le moral des Hauts Elfes, déjà mis à mal par l’invasion massive. Partout, les Asurs battirent en retraite ou furent anéantis, leurs frères corrompus s’emparant des îles extérieures puis prenant pied sur le royaume intérieur, assiégeant les cités blanches.

Le frère jumeau du valeureux capitaine Tyrion, était Teclis, un frêle mage aussi doué pour les arcanes que son frère l’était pour les armes. Pressentant que son jumeau n’avait pas péri, Teclis s’arma des plus puissants objets enchantés dont il disposait et parti à la recherche de son frère et de la Reine. Malékith, de son coté, avait envoyé ses meilleurs assassins terminer leur besogne, tandis qu’il dirigeait l’invasion en personne.

Tyrion protégea la Reine dans leur fuite, se battant comme un lion blessé. Il terrassa les assassins Druchiis, mais n’ut la force de s’opposer au démon majeur de Slaanesh qu’envoya finalement Malékith. Alors que tout semblait perdu, Teclis retrouva les deux fugitifs en fâcheuse posture et bannit d’un sortilège le démon.
La Reine fut ramenée parmi les lignes Asurs par les deux frères et le moral des Hauts Elfes remonta enfin.

Mais la guerre était loin d’être gagnée pour autant. Les Druchiis avaient rassemblés une ost innombrable, renforcée de chevaliers du Chaos et de démons, sous la tutelle du Roi Sorcier et sa magie dévastatrice. Les jumeaux prirent le commandement de l’armée de défense sous l’ordre d’Alarielle leur reine.
C’est sur la plaine de Finuval qu’eu lieu la bataille décisive. Tyrion, vêtu et armé de légendaires artefacts Asurs tel Crocs du Soleil son épée ou l’Armure Dragon d’Aenarion, mena les lignes Asurs au front, enfonçant les lignes ennemies comme une lame rougie dans du beurre. Teclis, vêtu lui aussi des cadeaux royaux comme la Couronne de Saphery ou le Baton de Lune de Lileath, utilisa son savoir suprême des arcanes pour contrer ou dissiper les sortilèges du Roi Sorcier.

La bataille, véritable armaggedon, coûta la vie à des milliers d’elfes des deux camps, dans une sauvagerie née de la guerre civile. Les Druchiis et leurs alliés chaotique étaient nettement plus nombreux, et les Asurs, malgré leur vaillance, voyaient le spectre de la défaite s’avançer sur eux. Tyrion ne pouvait être de tous les fronts et une à une les prestigieuses unités Asurs tombaient sur le champ d’honneur.
Teclis, au bord de l’épuisement, s’ingéniait à repousser les arcanes de Malékith, qui avait trouvé un adversaire à sa hauteur. Leurs magies s’annulant, le nombre et les armes, en faveur des Druchiis, décidaient de l’issue de la bataille.
Finalement, puisant dans le Baton de Lune, Teclis invoqua la puissance de Lineath et abattit une comète du firmament sur Malékith qui du fuir par une porte chaotique, à demi brûlé.

Le Roi Sorcier enfin chassé, Teclis avait les mains libres et déchaîna ses arcanes sur l’armée ennemie, bannissant les démons et faisant pleuvoir la foudre sur les rangs Druchiis. Profitant de la confusion de l’ennemi, Tyrion se fraya un chemin jusqu'à la grande bannière des Druchiis et abattit son porteur, s’emparant du symbole de ses noirs cousins.
Les elfes noirs battirent enfin en retraite, laissant une marée de morts des deux camps et un pays dévasté. Il faudra pourtant des décennies pour nettoyer Ulthuan, et les affrontements ponctuels entre Druchiis et Asurs durent encore aujourd’hui.

Tyrion et Teclis entrèrent dans la légende de ce jour glorieux.


Le Vieux Monde


Les Asurs n’eurent guère le temps de souffler que déjà d’autres menaces se profilaient. Un bateau à la dérive s’échoua sur les cotes d’Ulthuan. De facture humaine, il transportait un messager hagard, envoyé par l’empereur des hommes sur le Vieux Monde, Magnus.

Selon le messager, les forces du Chaos attaquaient en masse le Vieux Monde et venaient de franchir Kislev, menaçant le cœur de l’Empire. Les forces assemblées étaient telles que l’Empereur lançait un appel à l’aide désespéré.

Très affaiblis par la guerre contre les Druchiis, les Hauts Elfes ne pouvaient cependant pas refuser de porter secours aux hommes. Si le Chaos écrasait le Vieux Monde, il ne faudrait pas longtemps avant qu’il ne tourne son insatiable appétit vers les Iles d’Ulthuan. Teclis se porta volontaire pour partir sur le Vieux Monde, et deux autres mages de renom l’accompagnèrent. Ils partirent tout trois pour la cour de l’Empereur, mais les Asurs ne pouvaient guère faire plus, tant leurs minces lignes de défense étaient sollicitées.

Teclis devint rapidement influant à la cour de Magnus, enseignant avec ses deux compagnons des sorts de bataille aux mages frustres des hommes. Avec cette aide cruciale, Magnus gagna de nombreuses batailles et repoussa l’invasion, bien que ce ne fut pas chose aisée. Yrtle, un des compagnons de Teclis, y laissa la vie sur le front et fut enterré avec tous les honneurs de l’Empire.

Teclis, prévoyant la montée en puissance des hommes, et le rempart qu’ils pourraient ériger face au chaos dans l’avenir, accepta la requête de Magnus et fonda les Collèges de Magie de l’Empire, qui aujourd’hui encore enseignent les arcanes à tous les mages impériaux.

Après plus de vingt ans parmis les hommes, Teclis regagna enfin Ulthuan, non sans avoir appris à apprécier les hommes comme alliés. Il y retrouva son jumeau Tyrion, maintenant Champion de la Reine Eternelle et bras droit du Roi Phénix.


Ulthuan est toujours là, ses tours d’or blancs et ses flèches d’argents pointant fièrement vers le firmament. Les Asurs sont peu nombreux, et leur nombre décline au fil des guerres. Les visions de Teclis annoncent le déclin inéluctable des Asurs et l’avènement des hommes. Mais tant que la Flamme d’Asuryan brûlera, les Asurs pourfendront, par les lames enchantées et les arcanes majeures, les ennemis de la Reine Eternelle et les forces du Chaos.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Warhammer Online ?

1022 aiment, 256 pas.
Note moyenne : (1420 évaluations | 189 critiques)
7,0 / 10 - Bien
Evaluation détaillée de Warhammer Online: Age of Reckoning
(416 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu